actualités

Le HHC est-il légal en France ?

HHC légal en France

Le HHC, ou le hexahydrocannabinol est un cannabinoïde synthétique, cela signifie qu’il a été créé en laboratoire et n’est pas naturel. Certains lui prêteraient des effets semblables à la morphine mais qu’en est-il vraiment ? Pourquoi tant de personnes parlent du HHC en ce moment ? Est-il légal en France ? Nous allons tenter de répondre à toutes ces questions dans cet article.

Le HHC, une nouvelle molécule à la mode

Comme vu ci-dessus, c’est un cannabinoïde synthétique, jouissant d’une très forte popularité aux USA depuis quelques années. Consommé sous forme de e-liquides HHC ou d’huile HHC outre-Atlantique, pour ses effets proches du THC (tétrahydrocannabinol), il est apparu en France il y a moins d’un an, provenant directement de chez l’oncle Sam, et vendu surtout sous forme de hash HHC. Malheureusement, un très grand nombre de shop CBD, les plus opportunistes, et souvent ceux en perte de vitesse ou qui essaient de se faire une place parmi les gros de ce marché, se sont empressés d’en vendre alors même que nous ne disposons que de très peu d’informations à son sujet. Il faut être honnête, à part sa structure moléculaire, dérivé du THC, nous ne savons pas grand-chose. Le “nous” désigne ici la communauté scientifique, qui ne dispose pas de suffisamment de recul pour se prononcer sur le HHC. Que ce soit ses effets sur l’organisme, ou l’addiction éventuelle qu’il peut provoquer, nous restons tous dans un flou absolu. Mais alors pourquoi de plus en plus de shop en vendent ? L’appât du gain semble être, pour certains, un moteur plus puissant que le bien-être et la bonne santé de leur client !

Comment est créé le HHC ?

Revenons un peu en arrière. Le HHC a été créé pour la première fois dans les années 1940, par Roger Adams, un chimiste originaire des USA, suite à la modification en laboratoire d’un cannabinoïde naturel, le THC. Contrairement au Delta-9-THC qui contient 4 molécules d’hydrogène, le HHC en possède 6. La transformation du THC en HHC est donc le résultat d’un procédé relativement “simple” appelé hydrogénation, consistant à ajouter 2 molécules d’hydrogène.

Quels sont les effets du HHC et comporte-t-il un vrai risque pour la santé ?

Contrairement à la plupart des autres cannabinoïdes, le HHC ne se lie pas au récepteur CB1 du système endocannabinoïde présent dans notre cerveau. Il agit plutôt comme un puissant agoniste du récepteur CB2, sans pour autant se lier à lui, comme le ferait le THC par exemple. Cela signifie qu’il imite la réaction d’autres cannabinoides – notamment le THC – et provoque des effets très proches de celui-ci, sans que nous ayons la certitude qu’il agisse effectivement en corrélation avec le système endocannabinoïde. Les tests sur les animaux, ont eu tendance à démontrer que ce cannabinoïde produit des effets antinociceptifs (anti douleur), anti-inflammatoires et immunomodulateurs (stimule le système immunitaire). Or, malgré son hypothétique potentiel thérapeutique, celui-ci est actuellement classé comme une drogue de l’annexe I aux États-Unis en vertu de la loi fédérale américaine, ce qui ne lui empêche pas d’être légal dans certains états.

Comme le HHC est structurellement similaire à d’autres drogues stimulantes, il présente de nombreux risques pour la santé. Ces risques comprennent l’augmentation du rythme cardiaque et de la pression artérielle, l’anxiété, la paranoïa, les hallucinations et les délires. En outre, il peut provoquer une agitation et une agressivité graves. On a signalé des cas de personnes ayant agi violemment sous l’influence de cette drogue, ce qui a souvent entraîné des blessures graves ou la mort.

En 2008, une équipe de scientifiques de l’Université de Californie – San Francisco (UCSF) a publié un article détaillant la découverte du HHC. L’équipe de l’UCSF a constaté que le HHC était environ 1000 fois plus puissants que le JWH-018, un cannabinoïde synthétique bien connu, en termes d’affinité de liaison pour le récepteur CB2, et très dangereux pour la santé. Voici une information qui vous fera froid dans le dos : le 15 octobre 2011, le coroner du comté d’Anderson en Caroline du Sud, aux USA, Greg Shore, a attribué le décès d’un joueur de basket-ball d’université de Caroline du Sud à “une toxicité médicamenteuse et une défaillance d’organe” causées par le JWH-018.

Imaginez un cannabinoïde dont la structure peut être assimilée au Delta-9-THC, mais dont les effets sont 1000 fois plus puissants que des drogues synthétiques illégales et mortelles… Voilà ce qu’est le HHC : une abomination qui n’a rien à faire sur les étalages des boutiques de CBD. Le pire étant que certains se vantent de vous vendre un produit soit-disant naturel proche du THC, en prenant tout de même soin de se dédouaner au maximum. En clair “achetez mais si il y a un souci, nous n’y sommes pour rien“. Quelle hypocrisie ! Et tout ça pourquoi ? Quelques euros, c’est une honte ! Ce marché a vraiment besoin d’être réglementé afin que tous ces pseudo-bienfaiteur du cannabis légal ferment.

Mais que disent concrètement les tests cliniques sur le HHC ?

Le hexahydrocannabinol a été initialement synthétisé dans le cadre d’un effort visant à développer de nouveaux agents thérapeutiques pour le traitement des maladies inflammatoires. L’équipe de l’UCSF a constaté que cette molécule produisait des effets anti-inflammatoires robustes in vitro et in vivo. Chez les souris, il a été démontré que le HHC réduisait de manière significative l’inflammation causée par l’œdème de la patte induit par la carragénine et l’arthrite induite par le collagène. Compte tenu de ses puissants effets anti-inflammatoires, le HHC peut être considéré comme prometteur pour le traitement de diverses maladies inflammatoires telles que la maladie de Crohn, la sclérose en plaques et la polyarthrite rhumatoïde.

Malheureusement, son potentiel thérapeutique n’a pas été exploré lors d’essais cliniques en raison de sa classification en tant que médicament de l’annexe 1 aux Etats-Unis En vertu de la loi sur les substances contrôlées (Controlled Substances Act, CSA), les médicaments de l’annexe I sont définis comme des substances ayant “un fort potentiel d’abus” qui “n’ont pas d’utilisation médicale actuellement acceptée dans le traitement aux États-Unis”.

Afin de mener des essais cliniques sur le HHC, les chercheurs doivent obtenir l’approbation de la Drug Enforcement Administration (DEA). La DEA n’a pas encore approuvé de demandes d’essais cliniques sur les drogues de l’annexe I. Par conséquent, le potentiel thérapeutique du HHC reste largement inconnu.

Une fleur HHC, c’est quoi ?

Beaucoup nous demandent : “est ce que vous vendez des fleurs HHC ?” Mais en réalité qu’est-ce qu’une fleur HHC ? Je dois vous prévenir, nous rentrons dans un sujet quelque peu tabou. Aucun producteur ou fabricant de ce type de produit n’osera vous dire la vérité à ce sujet. Soit ils botteront en touche, soit ils vous raconteront la plus belle histoire du monde afin de justifier une méthode chimique pour ajouter le HHC sur leur fleur.

En réalité, c’est très simple. Prenez une fleur de CBD classique, un flacon avec spray, versez de l’éthanol pur dans le flacon, ajoutez y l’extraction du HHC accompagnée la plupart du temps d’un terpène naturel ou synthétique pour masquer l’odeur de l’alcool, secouez le flacon de façon à ce que le tout soit bien mélangé, et mettez quelques coups de spray sur la fleur. Attendez quelques heures que l’alcool se soit évaporé et le tour est joué, vous avez une belle fleur HHC prête à être vendue ou consommée. Si votre vendeur, vous explique qu’ils ont utilisé une méthode révolutionnaire pour ajouter du HHC sur leur fleur, il se moque de vous, si votre shop de CBD préféré prétend que ses fleurs HHC sont totalement naturelles alors ne cherchez même pas à comprendre, fuyez !

Du coup, le HHC légal en France ou pas ?

Compte tenu des dangers associés à sa consommation, que ce soit ses effets psychotrope très proche du THC (défonce, paranoïa, anxiété) tout en ayant une grande proximité avec l’ensemble des autres cannabinoïdes synthétiques – ce qui peut provoquer de très fortes dépendances et des réactions graves entraînant la mort – le HHC est bien illégale en France.

Malheureusement, à cause du flou juridique autour du HHC qui n’est pas clairement inscrit dans la liste des stupéfiants – même si dans le fond la loi est plutôt claire, toute substance qu’elle soit inscrite ou non dans le code pénal ayant des effets psychotropes est illégale – certains shop malhonnêtes se sont empressés d’en vendre, et vont jusqu’à faire de la pub en prétendant tous avoir du HHC pas cher, comme s’il s’agissait là d’un concours ayant pour but d’intoxiquer le consommateur.

De plus, certains consommateurs ont eu la mauvaise surprise d’être positif au test salivaire, suite à leur consommation HHC – comme de la résine HHC qui est l’un des produits les plus répandu – mais bien sûr, les vendeurs de ces produits, ont la parade. Il est inscrit en tout petit sur leur site, généralement sur la même page que le produit, qu’ils ne pourront être tenus responsables si le test salivaire de la gendarmerie se révèle positif. Voilà qui est rassurant, pour la pérennité de leur business, n’est ce pas ?

En conclusion, alors qu’il a été démontré d’après plusieurs études que le HHC est considéré comme une substance beaucoup plus dangereuse que le THC et que de plus en plus de shop en vendent, l’état continue à faire la guerre aux boutiques de CBD pour la moindre irrégularité sur les taux de THC des fleurs de chanvre, mais ne fait absolument rien pour enrayer la vente de HHC, jusqu’au jour où un (nouveau) drame arrivera !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.