Qu’est-ce que le CBD ? 

Le CBD ou Cannabidiol est une molécule classée dans la famille des cannabinoïdes que l’on retrouve dans le Cannabis, plante également appelée « chanvre ». À l’état naturel, le cannabis contient un taux variable de THC. Cette concentration en THC est responsable d’effets psychoactifs lorsqu’il est consommé ce qui le catégorise, en France, comme un stupéfiant.  

À l’inverse, le CBD n’est pas interdit car il ne procure pas les effets « planants » propres au THC ni d’altération de la perception. De plus, il n’est pas considéré comme addictif et, d’après certaines études, présenterait de nombreux bienfaits thérapeutiques.  

Les produits dérivés à base de cannabidiol sont donc faits à partir du chanvre dit « industriel » ou Cannabis sativa subsp. sativa disposant d’un taux important de CBD et d’un taux négligeable de THC. Le droit européen indique que les produits commercialisés à base de CBD doivent contenir au maximum 0.2% de THC. La France, quant à elle, préfère se baser sur sa propre juridiction, indiquant que seules les fibres et les graines obtenues via la culture du chanvre sativa L et disposant d’un taux de THC inférieur à 0.2% sont autorisées à la vente.  

Un vide juridique qui suscite encore de nombreux débats, quant à savoir quelle législation s’applique réellement. Récemment, la justice européenne a tranché, interdisant à la France d’interdire la commercialisation et la production de CBD. 

Le Chanvre : un art ancestral 

On estime que le chanvre est cultivé par l’Homme depuis l’âge néolithique (entre 8500 et 3000 avant notre ère) où l’on exploitait déjà la Cannabis Sativa, une de ses sous-espèces communes du cannabis. On l’utilisait principalement comme fibres textiles, mais aussi pour ses vertus médicinales supposées. C’est au XXe siècle seulement, grâce aux évolutions de la science, que l’on découvre sa composition chimique et que sont isolées ses molécules. Aujourd’hui, les scientifiques s’accordent à dire qu’il existe plus de 144 cannabinoïdes différents, les plus connus étant le THC, le CBD, le CBG, le CBN ou encore le CBC.  

Comment et pourquoi consommer du CBD ? 

Il est utile de rappeler que contrairement au cannabis, concentré en THC, le cannabidiol ne provoque pas d’addictions. Reconnu comme non toxique par l’OMS, il agit directement sur le système endocannabinoïde, un ensemble de récepteurs en partie responsable de la régulation de certains processus physiologiques. D’après une étude du Département d’Immunologie de l’École de Médecine de l’Université du Connecticut parue en 2017, le CBD permettrait d’équilibrer la température, l’acidité ou encore le taux de glycémie dans le corps humain. Il stimulerait également la production de sérotonine et permettrait de modérer le stress, l’anxiété ou encore l’insomnie. 

Le CBD peut se consommer de différentes manières ; par combustion des fleurs (non conseillé) ou en infusion. Il est aussi très apprécié comme dérivé alimentaire : chocolats, sodas, bières, bonbons… les possibilités sont nombreuses. Il est, par ailleurs, tout à fait possible de créer ses propres recettes à partir d’huiles ou de beurres de CBD ou comme épice afin d’agrémenter vos plats.  

Les cristaux ou isolate  sont tout particulièrement indiqués pour cet usage. Ils sont un concentré (au moins 98%), facilement dosable, mais qu’il est nécessaire de diluer avec un corps gras. En effet, le CBD est liposoluble, c’est-à-dire qu’il ne peut pas, comme le sucre ou le sel, se dissoudre dans l’eau. C’est pour cela qu’il se mélange parfaitement aux huiles comestibles

Mélangés avec une base de propylène glycol, de glycérine végétale et d’arômes, les cristaux feront de merveilleux e-liquides à vaporiser dans une cigarette électronique. Pour ceux qui n’auraient pas une âme d’apprenti chimiste, les e-Liquides au CBD existent également dans le commerce sous de nombreuses déclinaisons aromatiques. 

Les pommades au cannabidiol, couplées à d’autres ingrédients, sont également très intéressantes. Si le CBD ne peut pas tout, il permettrait de traiter efficacement les petites inflammations localisées comme les démangeaisons ou encore l’acné. 

Enfin, les fleurs de CBD, très populaires, comme nous l’indiquions plus haut, peuvent être consommées en infusions que l’on viendra mélanger à un corps gras (miel, lait…) afin de permettre à l’organisme de les métaboliser efficacement et d’en diffuser les effets. 

Des recherches sur le CBD sont toujours en cours et ce produit n’a pas fini de nous livrer tous ses secrets. Il est conseillé, avant achat, de vous renseigner sur la meilleure façon de le consommer, selon votre profil et vos attentes afin qu’il puisse révéler tout son potentiel.  

Rappel : 

Le CBD n’est pas un médicament et n’a pas vocation à soigner, guérir ou apporter une aide médicale. N’étant pas médecins, nous ne saurions vous conseiller la prise de cannabidiol pour un usage thérapeutique. Contactez votre médecin avant de débuter tout nouveau programme diététique.  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Promotion Journée Lutte Pauvreté | 22% Réduction : #LUTTE420
x